vendredi 21 octobre 2011

Qui est l’homme parfait ?


Je commence ma quête de l’homme parfait.
Et pour débuter, je n’ai pas cherché bien loin, je commence avec Amine, mon collègue du bureau d’en face : Bon certes il est sympa, cool, mais bon j’estime qu’il est trop obsédé car il ne quitte pas du regard les jambes de sa secrétaire qui elle ne quitte jamais les mini-jupes. Bon Amine, je zappe.
Le prochain sera Seif, un avocat que j’ai rencontré sur internet, pas sur ce site pourri zouz.com, je l’ai rencontré sur mon bon vieux facebook. Il est grand beau intelligent avocat, il sent bon, c’était le mec presque parfait, avec une voiture pas si parfaite que ça, sa voiture, qui d’habitude ne tombe jamais en pannes, est tombé en panne lors de note premier rdv, et pour rajouté une couche j’ai dit « tu sais, je porte un peu la poisse rahou » OMG, pourquoi est-ce que j’ai dit ça ? C’est sur, Seif ne rappellera jamais.
Next, mes amis veulent me présenter un garçon, à ce qu’ils disent il est super méga génial, juste un seul hic, il s’appelle Rached, non mais sérieux, Rached ?  Essmé7 
Déjà trois essaies, et  rien à l’horizon. Non mais qui est l’homme parfait ? Serait-ce le mec qui m’a gentiment proposé bch yrawa7 bya (me déposer) hier quand j’étais entrain d’attendre gentiment mon taxi ? Sauf que quand il m’a proposé de me déposer j’ai pas vraiment saisie s’il parle de chez moi ou de chez lui….. Ou serait-ce parfait inconnu qui m’a dit bye bye devant el 7amas juste après avoir acheté ma boga lim? Ah qu’est ce que les parfaits inconnus sont parfaits, jusqu’à ce qu’ils ne deviennent plus des inconnus. Serait-ce l’un de ces Libyens qui envahissent nos rues ?  S’il a une BMW ça serait fort probable
Bref, ma quête de l’homme parfait n’est pas prête à s’arrêter.

dimanche 16 octobre 2011

مسيرة أعتقني


اليوما أنا فرحانة ، فرحانة على خاطرني حسّيت روحي حرّة و أنا ماشيا في واحد من أزين شوارع العاصمة، شارع محمّد الخامس حاجة مزيانة ياسر، إحساس الحرية في شوارع بلادي عندي برشة محستوش.
شاركت كيما برشة توانسة أحرار في مسيرة أعتقني، فرحت كيف لقيت آلاف التوانسة يمشيو بجنبي، توانسة يأمّنوا بحريّة التعبير و يدافعو على الحريات بصفة عامّة . فرحت كيف شفت البوليس يأطّر في المسيرة بلاش عنف. فرحت كيف خصرت عل اليمين و عل اليسار و ما شفت حتّى نقاب و حتّى قميص. فرحت بالوجوه المزيانا اللّي لقيتها تمشي معايا. فرحت كيف لقيت روحي نمشي بنفس الخطوة أنا و الناس اللّي تخمّم كيفي، الناس اللّي مش ناوية باش تساّم في حريّتها.
أنا فخورة اللّي ضميت اليوما صوتي لاصوات أحرار وصحنا مع بعضنا "أعتقني"




















Photos: 


samedi 15 octobre 2011

#A3ta9ni : Une manif pour la liberté d’expression



أعتقني راك مقلّقني
أعتقني فكّ عليّا و سيّبني
أعتقني راك خانقني
و من حريّتي حارمني
Soyez présents à la manif A3ta9ni ,on compte sur vous

jeudi 13 octobre 2011

Le plaisir orgasmique du vote

Pour vous inciter à voter je ne vais rien dire, je vais simplement vous laisser contempler...


dimanche 9 octobre 2011

Écrire


Écrire, pour qui? Pourquoi?
Écrire pour ne pas devenir bête
Écrire pour ignorer ceux qui ne font que semer le mal autour d'eux
Écrire pour être forte
Écrire pour vivre
Écrire pour exister

dimanche 2 octobre 2011

Ma plume




Parce que je me sens vide, parce que je me sens seule, parce que je suis avide, parce que j’ai froid, parce que sans ma plume je ne suis rien, parce que quand mes mots me quittent je suis nue….. Je reviens, je reprends ma vie, j’ordonne mes mots, je décris mes maux, je caresse les lettres, je joue avec la langue de Molière….

jeudi 1 septembre 2011

Le portrait



J’allume ma cigarette du matin, mes pensées convergent vers toi, et comme chaque matin, je dessine un autre portrait, différent de celui de la veille. Un portrait tissé de ces histoires, que tu m’as raconté. Un portrait ou je vois ta voix, qui m’a bercé tant de fois. Un portrait, ou des fragments de portrait que j’arrive à peine à ranger. Et comme chaque matin je n’arrive pas à me faire une idée claire.
Je me lève je quitte ce lit qu’on a partagé dans mes rêves les plus abstraits. Je m’en vais boire mon café, et t’imaginer, sans cesse, à mes cotées.
Ton image floutée ne quittera pas mon esprit de la journée…
Puis je me recouche dans ce même lit en attendant ta douce voix, mais ce soir tu n’appelleras pas…





mardi 30 août 2011

Vous étiez là


Sur cette terrasse du café d’à coté, vous étiez là, à me dévisager. Je regardais vos yeux, qui s’échappaient quand ils rencontraient les miens. Je sentais le désir en vous monter, l’envie de quitter votre table, de venir partager mon café. Vous vous êtes levé, et en partant vous m’avez frôlé…

Entre mes bras enlacés autour de vous, vous étiez là, à esquiver mes baisers. Votre main remonta délicatement une mèche de cheveux venue se réfugier sur mon visage, puis vous vous êtes  abandonné. Un long moment d’amour dont vos lèvres peuvent témoigner.

Sous mes poings levés, écrasés sur un mur par vos mains déchainées, vous étiez là, à me fixer. Etait-ce l’idée de mon corps dénudé qui vous tourmentait?  Un petit souffle dans mon cou, vos mains douces sur ma peau, et nous quittâmes cette vie vers le sentier qui lie ce monde à nos envies…


dimanche 28 août 2011

Comment choisir son épouse? La théorie des trois catégories


Je n’ai jamais vraiment compris cette théorie que suivent certains hommes et par le biais de laquelle ils arrivent à classer les femmes en trois catégories.
D’abord il y a les putes, dont j’ai donné une petite description ici . On peut les fréquenter, sortir avec, coucher avec, mais jamais les aimer ni les épouser.
Ensuite il y a les filles un peu cool mais assez réservées. Il faut absolument qu’elles soient vierges, généralement le sex pour elles est un tabou. Elles s’habillent bien, mais jamais trop court ou trop serré. Elles ne peuvent sortir prendre un café qu’une fois par semaine en ayant menti à leurs parents, et parfois elles ramènent leurs petites sœurs. Et même si elles habitent loin de leurs parents, elles n’aiment pas trop sortir. On peut les fréquenter, sortir avec, les aimer, les épouser aussi, parfois, mais pour se marier vaut mieux choisir une femme de la troisième catégorie.
Ces sont les saintes ni touche (plus connu par votre maman sous le nom de bent familia). Ce sont des filles qui pendant des années n’ont fait qu’aller et venir à l’école, apprendre à cuisiner et faire la vaisselle, acheter du ‘’zhez ‘’ et rêver du mariage idéal. Elles, on ne peut pas les fréquenter ni sortir avec elles car généralement on ne sait même pas qu’elles existent puisqu’elles ne sortent jamais.
Voilà, bien que connue par tout le monde, cette règle n’a jamais été écrite, il fallait bien que quelqu’un l’écrive un jour. 

mardi 23 août 2011

Toi, lui et elle


Aujourd’hui je vais te parler de ton histoire, oui toi, enfin toi, lui et elle. Toi tu toi, es une femme belle est intelligente.
 Lui, ahhhhh lui, lui c’est ton homme, ton prince, ton chéri, l’amour de ta vie. Tu l’aime comme une folle, lui aussi, enfin c’est ce qu’il dit. Tu lui offre des cadeaux de temps en temps, lui aussi, plutôt des fleurs. Tu es toujours gentille et câline avec lui, lui aussi, sauf quand tu lui parle d’elle.
 Elle c’est sa femme, ou copine, bref sa compagne officielle devant les autres. Mais bon d’après lui c’est fini, il n’y a plus de sentiments, c’est toi qu’il aime, et puis c’es toi la plus belle. C’est juste qu’il veut pas briser le cœur de celle qui a partagé sa vie pendant des années. En fait il attend juste le bon moment. Il te dit souvent que c’est toi qu’il aime, et puis qu’être la ‘’maitresse ‘’ c’est beaucoup plus sexy.
Alors tu attends, et malgré les conseils de tes copines, de ta mère et de ton meilleur ami qui sont tous d’accord et qui veulent que tu quitte cet homme toi tu persiste, tu l’aime tu n’y peux rien, tu sais tout au fond de toi qu’il est à toi, et qu’un jour il sera exclusivement à toi, tu le sais, tu en es sur.
Tu attends, encore et encore, tu y croix, tu te force à y croire, tu t’illusionne à y croire… et puis tu abandonnes et tu comprends qu’il ne la quittera jamais.

Texte dédié à la maitresse de mon Papa, un jour elle comprendra

samedi 20 août 2011

J’arrête


J’arrête l’amour, parce que c’est un énorme gouffre ou on s’enfonce à deux, et quand on touche le fond, on se retrouve seule.
J’arrête les hommes infidèles, vous savez ces ‘’êtres humains ‘’ qui vous demandent de faire des sacrifices pour que ca marche entre vous puis qui n’hésitent à vous tromper, parfois même avec vos amies.
J’arrête les copines langues de vipère, elles n’arrêtent pas de papoter, parler de tout et de rien, ne sont jamais discrètes et n’hésitent pas à vous demander la marque de vos sous-vêtements.
J’arrête de faire des blagues débiles, qui ne font rire que moi, genre des auto-blagues quoi.
J’arrête toute forme de moquerie, quoique, en y réfléchissant, je arrête pas.
J’arrête la cigarette, parce que j’ai vu mes proches en mourir.
J’arrête l’alcool, je suis bien obligée, c’est ramadan.
J’arrête les études/le boulot, c’est pas pour moi tout ca.
J’arrête le fast-food, les sandwich, les frites, le coca, c’est pas bien pour la santé.
J’arrête ce fromage si tendre que quand je le mange j’ai l’impression de pêcher.
Oui j’arrête, j’arrête tout et maintenant, mais je recommence, car c'est tellement bon....

jeudi 18 août 2011

Oui, je suis une pute, et alors ?


Oui, je suis une fille tunisienne
Oui, je suis éduquée, je viens d’une bonne famille, je fais du sport, je sais même faire la cuisine, et alors ?

Oui, j’aime me sentir belle, et alors?
Oui, j’aime mettre des jeans slim, ça me donne une jolie forme
Oui j’aime mettre des talons, ça me fait une silhouette élancée et j’adore
Oui, j’aime avoir du vernis à ongles flashy, du rouge vif, du rose fushia, du noir, j’en ai même mis du bleu une fois
Oui, je mets du rouge à lèvres rouge parce que  je trouve que ça me va bien
Oui, je mets un bikini à la plage, parce que je trouve que c’est la tenue la plus appropriée pour nager
Oui, je mets des strings, parce que les slips m’irritent les fesses, et ça laisse des marques (surtout avec les robes, beurk)

Oui, j’aime m’amuser, et alors ?
Oui, je mets la musique à fond quand je suis dans la voiture avec mes copines
Oui, je sors, je ne passe pas mes journée cloitrée chez moi, je vais dans des cafés, je rencontre des gens
Oui, j’aime faire la fête, sortir la nuit, aller en discothèque, danser
Oui, je m’y connais en soirées privées arrosées entre amis qui finissent à la piscine
Oui, je bois, parfois même je me saoule
Oui, dans mon lit, parfois tard dans la nuit, je me fais plaisir
Oui, j’ai connus beaucoup de mec, j’ai même été amoureuse, et j’ai couché avec  certains

Oui je suis ce genre de fille que la société tunisienne à rangé dans la case pute, mais si porter cette étiquette me donnera la vie que je veux et que j’ai choisi, alors je le crie haut et fort ‘’Oui, je suis une pute, et alors ?’’

mercredi 17 août 2011

Vie de couple en messages


Au rez de chaussé, dans l’accesseur…
-Je suis au sixième, et vous ?
-Cinquième
-Nouvelle dans l’immeuble ?
-Oui je viens d’aménager hier…
-Enchanté belle demoiselle

Le lendemain, elle trouva ce petit mot sous sa porte
‘’ Un petit diner au sixième, ce soir, pour fêter votre arrivée ‘’

Un message qu’elle laissa sur sa boite vocale
‘’ Allo, Tu sais…. ? Depuis hier j’ai pas arrêté de penser à toi, il faut absolument qu’on se revoit ‘’

Um mail depuis le boulot
‘’ J’arrive pas à me concentrer, j’arrive pas à bosser, je ne fais que penser à toi, tu m’obsède, tu me manques, tu me manques, tu me manques ‘’

Un texto
‘’ Mon amour je suis seule ce soir, tu as du boulot, je pense à toi, je t’aime, tu es mon homme à moi, je suis à jamais à toi ‘’

Mail
‘’ Chérie, une folle envie de toi me prend, je te veux, je te désire, je rêve de tes lèvres et de ton petit cul, je t’aime…. ‘’

Coup de fil
‘’ Allo, chéri je peux pas te parler là, je suis chez la styliste ; on retouche ma robe de mariée ; vivement  dimanche prochain, j’ai hâte de la porter ‘’

La plaque de la voiture
‘’ just married ‘’

Une carte qu’elle envoi à sa mère
‘’ Maman, Venise c’est encore plus beau que sur les photos, et je suis plus amoureuse que jamais, On rentre bientôt, bizou ‘’

Un message sur son répondeur
‘’ J’ai du boulot, je risque de renter tard, ne m’attends pas pour diner, je t’embrasse ‘’

Un coup de fil
‘’ Dans neuf mois, on sera trois ‘’

Un texto
‘’ N’oublie pas le diner d’affaire, tu vas venir avec moi, tache de te faire belle, pour changer ‘’

Un papier collé au frigo
‘’ N’oublie pas les courses, fruits, légumes, yaourts natures, et du fast food pour diner ‘’

Il appel, elle ne décroche pas, alors il laisse un message vocal
‘’ Je t’attends depuis deux heures, mais tu es ou bordel? ‘’

Elle l’appelle, elle tombe sur sa secrétaire
‘’ Monsieur est en réunion en ce moment, vous voulez lui laisser un message ? ‘’

Quelques années, beaucoup de soucis, des centaines de messages et deux enfants après l’accesseur, toujours au rez de chaussé, dans la boite à lettre cette fois, une lettre de son avocat, les papiers du divorce….




Texte inspiré de la chanson de Benjamin Biolay et Jeanne Cherhal ''Brand Rhapsodie''

lundi 15 août 2011

Mramden


Quoi de mieux que le mois de ramadan pour observer ‘’ l’hypocrisie offerte à dieu ‘’….

Bon jeuner c’est bien, mais saisit-on vraiment le sens de e mot? Essayons de lui trouver une définition
1-Passer sa journée à dormir, se réveiller juste avant la rupture du jeune, passer la soirée à faire la morale à ses amis qui jeunent pas et le reste de la nuit à bouffer coller devant l’écran du PC
2-Se réveiller tard, vraiment très tard, avoir une heure de retard au boulot, mais ne pas se faire gueuler dessus par le parton, car lui aussi il est en retard, fermer la porte et la fenêtre du bureau, mettre la clim sur 22°c et faire une petite sieste de temps en temps, et une grosse sieste une fois qu’on est rentré chez soi
3-Passer sa journée sur les nerfs, gueuler et crier à tout va, proférer des injures (Parfois même mentionner dieu). Mais bon ça c’est normal, c’est ça être ‘’marmdhen ‘’
A vous de choisir votre technique de jeune… Courage, il ne reste que 15 jours


dimanche 14 août 2011

La femme cachée


Un rideau bien tiré sur ses yeux de noir dessinés, un voile cachait sa chevelure foncée, des gants enveloppaient ses doigts dorés, et le tissu s’empresse de ne laisser aucune trace de ce corps au henné parfumé. Une femme mystère, de sang et de chair, pas un mot, pas un cri, retenue prisonnière de son habit. Elle semblait enterrée, sous des mètres de cultures et de religion tissés. Elle avait comme un petit air d’une femme mystère qui ne faisait que se cacher, dissimuler sa féminité, est-ce vraiment ce qu’elle voulait?
Que du noir et des yeux, je regardais perplexe, l’habit de dieu….


samedi 13 août 2011

Elle a mal


Douze fois par an, cette douleur la prend, les maux se déchainent dans son abdomen, son dos, de douleurs recourbé, peine à la porter. Elle retient ses cris, face à cette douleur meurtrie. Ces larmes sur ses joues, glissent le long de son cou. Elle ne fait que gémir et vomir, elle se demande comment en guérir? Comment faire pour s’en défaire? Elle a mal, elle a froid. Un mal inévitable, un froid insupportable. Elle goute à sa tisane parfumée, espérant oublier ce ventre fiévreux, ce mal odieux. Mais rien n’y fait, elle devra supporter cette douleur encore de longues journées. Dans quelques jours s’éteindra la flamme, après tout c’est un peu ça être une femme.


Inspiré par une chanson de ‘’Jeanne Cherhal ‘’ et mon avant gout de l’enfer menstruel….

jeudi 11 août 2011

Ce qu'on appelle des souvenirs


Dans les ténèbres de cette nuit si sombre, ta silhouette apparait, est-ce un rêve ou suis-je vraiment éveillée? Vas-tu venir à mes cotés, me parler de ta journée, me raconter encore une fois l’histoire de cette petite fille que tu as guéri, me reparler de ces vies que tu as sauvé, comme tu as sauvé mon âme. Viendras-tu te blottir dans mes bras, pour me parler de ce que tu aimes en moi, et ce que tu n’aimes pas. Me dire que tu adores les taches de rousseurs sur mes joues, que tu aimes cette chaine autour de mon cou, que tu veux toucher ce grain de beauté dans le bas de mon dos. Me rediras-tu que t’as envie de moi, des mes mains désabusées, de mes yeux enflammées qui ne cessent de te fixer, de ce désir qui ne cherche qu’à être consumer.
Je ferme les yeux, je te vois, clairement cette fois, je me souviens de nos aventures, comme on se remémore un rêve, à peine des séquences, des images, des mots qui raisonnent dans ma tête, ce qu’on appelle des souvenirs…
Je sais que t’es parti, que tu vas sans doutes jamais revenir, je voulais juste te dire que sans toi mes journées, mes nuits, ma vie… sont d’un vide que n’ai jamais connu…
Je crois bien que je t’aime

Un nouveau parti politique: a peine débarqué, déjà parodié


Si vous vivez en Tunisie, vous n’auriez pas pu passer à coté de l’énorme compagne publicitaire lancée par le nouveau parti politique l’UPL. Leurs affiches sont partout dans nos rues, on est obligés de digérer leur spot entre la brika et la zlébya et leurs bannières publicitaires inondent les écrans de nos PC. La question qui se pose c’est comment on peut posséder autant d’argent pour lancer une compagne publicitaire aussi énorme sans avoir un minimum de neurones pour savoir que c’est une cause perdu d’avance, surtout en lançant son parti aussi tard et en n’ayant jusqu’à aujourd’hui aucun programme rédigé. Et on s’en rend bien compte en visitant leur site http://www.upl.tn/ qui ne contient en ce moment que le fameux spot publicitaire et les quelques photos des affiches.




Les blogueurs tunisiens, notamment Kiffe Grave et Big Trap Boy, se sont bien rendu compte de la supercherie et ont commencé leurs contre buzz. Et voilà un aperçu de ce qu’ils nous ont offert comme photos pour le grand plaisir de nos yeux.
Ce qui est étonnant dans toute cette histoire, c’est le  nombre de fans de la page facebook de l’UPL qui dépassent les 3100 en seulement quelques jours, et bien sur la page, comme le site, ne contient rien d’intéressant. Bref, d'après ce que j'ai compris la seule devise du parti c'est ‘’9alou nwali rais, 9alou Tawa Tawa ‘’

mardi 9 août 2011

L'homosexualité en Tunisie


Lors de l’écriture de cette note, aucun hétérosexuel n’a été insulté ou tabassé….

Personnellement, je pense que le plus grand tabou en Tunisie c’est encore et toujours l’homosexualité. Quand je vois des personnes qui se font tabasser en plein publique ou des personnes jetées dans la rue par leurs familles uniquement parce qu’ils ont déclaré leur homosexualité, je me dis que l’homophobie est un sujet dont on doit parler.

Pourquoi tant d’homophobie?
Pourquoi tant d’homophobie?! Une histoire de religion me dira-on? Mais laissez-moi deviner, ces personnes qui agressent les homosexuels et les tabassent sont les mêmes qui se tapent une fille différente chaque soir après avoir bu une douzaine de bières, oui ce sont les mêmes qui insultent dieu dans chaque phrase qu’ils sortent de leurs bouches.
Il faut se rendre à l’évidence, l’homophobie n’est pas uniquement reliée à la religion. Elle est imprégnée dans notre culture, comme le fait d’être en retard par exemple, c’est juste la ‘’ tounsi attitude ‘’ dont on est pas prêt à se séparer pour autant malheureusement.

L’homosexualité est-elle une maladie?
Les tunisiens ont généralement tendance à considérer l’homosexualité comme une maladie, physique ou mentale, ça dépend des personnes qu’on interroge. Une maladie? Donc on peut en guérir?  Comment guérir de quelque chose qui fait partie de soi ? Est-ce qu'on "guérit" d'être noir ou d'être arabe? Est-ce qu'on "guérit" d'être une femme?
En fait, l’homosexualité à été longtemps considéré comme une maladie mentale, mais a été retirée du manuel diagnostique et statistiques des maladies mentales en 1985, et a été disqualifiée au congrès de 1992 pour les pays ayant signé la charte de l’OMS dont la Tunisie fait parti (notre pays a signé cette charte le 22 aout 2003). Et désormais, tout pays instaurant un traitement pour l’homosexualité est condamné sur le plan international selon la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme.

L’homosexualité : une histoire de sex ou d’amour?
Quand on parle de la communauté gay on a tendance à ne penser qu’à ce qu’ils font au lit, on en oublie presque qu’ils sont avant tout des êtres humains, qu’ils ont des sentiments et qu’ils se mettent en couple essentiellement parce qu’ils S’AIMENT. Oui ils s’aiment d’amour. Et quand on aime, on ne choisi pas la couleur, la race, la nationalité… et parfois le sexe de la personne qu’on aime. C’est le cœur qui choisi pour nous.

Si on n’accepte pas les homosexuels, qu’est ce qu’on fait d’eux?
Pour parler de ceci je vais vous raconter l’histoire de -J-, une histoire vraie et -J-  est mon ami. C’est un jeune homme qui a dépassé la vingtaine, homosexuel, mais qui ne l’a jamais avoué à ses parents qui se doutaient pourtant bien des orientations de leur fils. Un jour le papa de -J- tombe par hasard sur le journal intime de son fils, ou il parle de son amoureux. Comment a réagit ce père à votre avis? Il a appelé son frère, et ils se sont mis, à deux, à tabasser -J-, des coups sur le visage, le torse, le dos et surtout sur les partis génitaux, le garçon n’a pas trop réfléchi, pour bagage il n’a pris que son journal intime, et n’a jamais remis les pieds chez lui.
Maltraiter les homosexuels, se moquer d’eux et les renier même au sein de leurs propres familles, est-ce vraiment une solution?! A vous de me le dire



Merci à Pumkin pour l’aide qu’elle m’a apporté.

lundi 8 août 2011

C’est l’apocalypse, on va tous mourir


‘’C’est bientôt la fin du monde ‘’ une phrase qu’on a déjà entendu plusieurs fois au cours de notre petite vie,  exactement 58 fois depuis le début du vingtième siècle. Vous trouverez la liste complète ici
         On se souvient tous de ce grand ‘’bug ‘’ présumé de l’année 2000 ou tous les systèmes vont disjonctés et qui va créer l’apocalypse, ou dernièrement, l’histoire de la fin du mondé présumée le 21 mai 2011, mais finalement on s’en est sorti vivants. Et cerise sur le gâteau, c’est bientôt 2012. Et on sait tous ce qui va se passer le 21 décembre 2012, il y a même eu un film qui explique tout dans le moindre détail.
Toi aussi tu peux t’amuser à prédire la fin du monde
Quand? Il faut choisir une date avec des chiffres qui se ressemblent, exemple : l’année 2000 (il y a plein de zéro), le 21/12/12(il n’y a que le 1 et le 2)
Comment? Il faut trouver une supercherie surnaturelle qui peut avoir une forme scientifique exemple : le soleil explosera, une météorite géante viendra écraser la terre, le pole nord migrera vers le sud
Voilà, vous avez la bonne recette, à vous de jouer

samedi 6 août 2011

Histoires de couples


Lui : dépressif, alcoolique, accro aux drogues et au sex
Elle : à 35 ans toujours pas mariée
Leur histoire : se sont mariés 4 mois après leur rencontre. Elle a demandé le divorce 5 ans plus tard quand elle a surpris son mari avec une fille de joie chez elle. A 40 ans, elle est retournée chez ses parents avec ses deux enfants.

 Lui : ne travaille pas
Elle : non plus
Leur histoire : 6 enfants qui sortent chaque jour de bon matin, et vendent du jasmin, des roses, du chewing-gum, et parfois même se vendent eux mêmes.


Lui : un barbu
Elle : une burqua noire
Leur histoire : quand elle est tombée enceinte, il a refusé qu’elle aille voir un médecin, et lui a demandé de chercher un moyen pour guérir avec les herbes, comme on le faisait au temps au prophète, elle a faillit perdre la vie lors de l’accouchement, les voisins ont appelé un médecin.

Lui : un garçon bien, décédé une semaine avant la date prévu de son mariage
Elle : une fille bien, un bras et une jambe paralysée depuis son accident cardiovasculaire suite à la mort de son fiancé
Leur histoire : ils étaient heureux, jusqu’à ce que la mort les sépare.

Lui : médecin urgentiste travaille plusieurs heures par jours, effectue plusieurs gardes par mois
Elle : ingénieur, trop occupée par le boulot
Leur histoire : il y a des jours avec et des jours sans, il y a des nuits avec et des nuits sans.

Lui : un homme mur, toujours bien habillé, les cheveux poivre et sel
Elle : 20 ans de moins que lui
Leur histoire : quand il passait la prendre devant son lycée, ses copines le prenait pour son père. Aujourd’hui,8 ans plus tard, ils ont une petite fille, et on le prend pour son grand-père.

Lui : portier
Elle : femme de ménage
Leur histoire : se démerdent comme ils peuvent pour pouvoir subsister

Lui : jeune ingénieur, débute sa carrière
Elle : jeune diplômée, encore au chômage, elle aimait sortir, s’amuser, délirer
Leur histoire : ils ont eu le malheur d’habiter au dessus de sa maman à lui. Au bout de quelques  mois, elle ne supportait plus les remarques de sa belle-mère de ses belles sœurs, les disputes avec son mari se sont multipliés; et ils ont fini par divorcer.

Lui : en France
Elle : en Australie
Leur histoire : se voient 2 mois par ans depuis 6 ans, et leurs relation n’a jamais été aussi forte, merci skype.

Lui : fonctionnaire publique
Elle : femme au foyer
Leur histoire : trois enfants et ça fait presque 10 ans que leur compte bancaire vire au rouge vers la fin  de chaque mois.

Lui : un businessman qui a su réussir
Elle : une femme qui s’est bien occupée de ses enfants et qui s’est laissée faire par le temps
Leur histoire : chaque matin, il lui demande d’aller chercher les clefs de sa voiture, et elle le sait, elle sait très bien que la seconde clef que contient le porte-clefs ouvre l’appartement qu’il paie pour sa maitresse.  

Ces histoires sont vraies.
Ces personnes se sont aimées.

أنت مرا، أنت قويّة،
 أنت فهيمة،أنت ذكيّة
أنت؟ أش بيك؟ أش ناقصك؟
تحبّو تعرفو أش بيني؟
شاهية حضن يدفّيني و مالبرد يحميني
شاهية عبد في قلبو يخبيني
نحب إيد تمسح دموعي من عيني
راجل، من روحو يعطيني
يوكّلني و يرويني
يمسّح على شعري و يبوسلي جبيني
و يقول هاذي مرتي على راسي و عيني

vendredi 5 août 2011

Mourou à Hannibal : Islam, politique ou business


Parlons un peu de l’actualité du pays pour changer, et la fameuse émission de Mr.Mourou qui fait polémique en ce moment. On a toujours eu un cheikh à la télé juste après la rupture du jeune, c’est pas ça qui va nous gêné, au contraire, ça fait presque partie de nos rituels ramadanesques.
Ce qui pose problème dans cette affaire c’est qu’on puise par tous les moyens de faire cette confusion politico-religieuse, pour ne pas dire politico-islamique. Et le tunisien moyen n’y comprend que d’alle. Il n’arrive plus à distingué le Mr de la politique du cheikh. Et pour ne pas se voiler la face c’était tout de même prévisible que les parties à tendance islamique (Ennahdha en l’occurrence) allaient faire du mois de ramadan une compagne électorale avant l’heure.
En tant que personnage assez connu en Tunisie, Mr.Mourou aurait du éviter toutes confusions et se consacrer à un seul domaine. Mais faut croire qu’il a remplit son contrat puisqu’on s’en doutait, Mr.Nasra le fameux buisnessman ne l’a pas fait passé à Hannibal pour ses beaux yeux, et son passage à été un vrai Buzz pour cette chaine de télé qui fait des micros-trottoirs pour vérifier son audience J


lundi 1 août 2011

A mon grand-père


Il fut un temps ou le premier jour de ramadan on le passait en famille, avec mes oncles, mes tantes leurs conjoints et leurs enfants chez mes grands-parents. On cuisinait toujours du poisson frais, du poisson que mon grand-père pêche lui-même au lac de Bizerte. On passait la soirée à parler de tout et de rien. Grand-père nous parlait souvent de ses aventures en France, là ou il a passé une dizaine d’années, de la femme qu’il a connu et aimé pendant un voyage en train, de sa première rencontre avec son père, un père qui l’a abandonné et qui l’a rencontré par hasard 30 ans plus tard…. Je ne l’écoutais pas, je dévorais ce qu’il disait, chacun de ses mots est encore gravé dans ma mémoire.
Papy est un homme grand, fort, qui a 80 ans n’a toujours pas de cheveux blancs. Papy n’a jamais souffert de problèmes de santé, il avait arrêté de fumer depuis des années, et les médecins, il ne connaissait pas. Il faut croire que nager chaque jour, quelque soit la saison, une heure ou deux, à 5H du matin épargne beaucoup de problèmes de santé, mais pas le cancer apparemment.
Début 2011, grand-père commence à ressentir des douleurs, il a mal partout, lui qui ne se plaint jamais. Bien sur on l’a emmené tout de suite voir des médecins, faire des analyses, des radios, des examens et tout ce tralala. Le diagnostique n’était pas facile à digérer, il s’avère qu’il a un cancer métastasé, un cancer qui est parti de la prostate pour atteindre les poumons et les os, il souffrait sans doute depuis de mois, voire des années, mais il avait gardé ça pour lui, il n’avait jamais rien dit à personne. Le verdict était sans merci, il est en phase terminale, la médecine ne pouvait pas le guérir. On ne pouvait qu’apaiser ses souffrances avec de la morphine.
Depuis son état ne fait qu’empirer, à chacune de mes visites je me rends compte qu’il va de plus en plus mal, il maigrit de plus en plus, il perd sa motricité, il ne peut plus se déplacer, il perd la parole, on n’arrive plus à distinguer ses gémissements de ses mots.
Je lui ai rendu visite hier, un baiser sur le front, c’est tout ce que j’ai pu partager avec lui avant de me réfugier dans une chambre et éclater en sanglot alors que je l’entendais gémir et vomir tout son corps.

Papy
Aujourd’hui, c’est le premier jour de ramadan, et je te rends visite, comme des dernières vingtaines de ramadans dont je me souviens. Sauf que cette fois, je crains vraiment que ce soit ma dernière visite, je crains que ce soit la dernière fois que je te vois en vie. Tout ce que je sais c’est que je suis là ; je te regarde souffrir le martyr, gémir, crier comme tu ne l’a jamais fait avant. J’aurais tout donné pour t’épargner cette souffrance. Mais tout ce que je peux faire c’est espérer, espérer que tu partes vite et que tu souffres moins. Et même si tu vas partir, je te garderai toujours en moi. Je raconterai toutes tes histoires à ma progéniture, je les écrirai s’il le faudrait. Je t’oublierai certainement de temps à autre, trop prise par mon quotidien, trop occupée par cette vie ; mais je garderais toujours sur moi cette photo, ou tu me prends dans tes bras juste là, dans cette chambre, là ou en ce moment tu es entrain de t’éteindre petit à petit. Cette photo me rappellera quelle personne forte et généreuse tu étais.
                             Je t’aime




En l’honneur de Baba Ali…
On est jamais assez vieux pour souffrir
On est jamais assez vieux pour partir


jeudi 28 juillet 2011

Une main au fesse


J’écoutais « how i wish you were here » des pink floyd, seule sur mon chemin du retour. Arrivée a mi-chemin, un choc traversa mon corps c’était comme si on m’avait électrocuté.
J’ai mis quelques secondes avant de saisir, c’était bien une main qui s’est posé sur mes fesses et qui était en train de me tripoter. J’ai vite réagi en l’attrapant par le poignet, il a glissé ses doigts entre les miens, j’étais sous le choc, je ne savais pas quoi faire…. J’ai crié « 3chéch ta3mali hakka ? Cha3matlek éna ? (Pourquoi tu me fais ça ?)» il a retiré sa main de la mienne et il a dit « chbiha yé5i ? mahboula ? (elle est folle ou quoi ?) » Et il s’est mis à marcher de plus en plus vite, alors j’ai commencé à courir et à crier… Je l’ai attrapé une fois, il s’est enfuit, la deuxième fois il s’est enfuit aussi et puis j’ai continué à courir et à courir et lui il s’éloignait de plus en plus de moi. Il a pris la fuite comme un criminel, ce qu’il est d’ailleurs.. Et bien sur puisque je ne suis qu ’’ une fille à talons accroché a son sac de marque ’’ je ne pourrais jamais tenir tête en course a pieds à un jeune pervers en pleine forme plus de 5 minutes. J’ai su que je n’allais jamais le rattraper, j’étais essoufflée, indignée, dégoûtée, mais surtout j’avais la rage….
Pendant tout ce temps je n’ai pas arrêté de crier et pleurer au beau milieu de la rue, oui moi, celle que vous connaissez, la non-chalente et je-m’en-foutiste. J’étais là comme une folle « 3lech ya3mlouli hakka ? 5ater éna mra ? chnaya dhanby éna ? (pourquoi on me fait ça, c’est parce que je suis une femme ?)» Un discours qui ne me correspond même pas, je ne sais pas d’où sortaient les mots. Je ne pouvais me contrôler.
            Et forcément quand j’avais besoin d’aide pour l’attraper, personne ne m’avait aidé. Mais une fille qui se donne en spectacle dans la rue, tout le monde s’en mêle. Je me suis retrouvé au beau milieu d’une foule de gens qui me demandaient si j’allais bien, si j’avais besoin d’aide, d’argent, s’il m’avait pris quelque chose.. Et ben vous voulez savoir ce qu’il m’a pris ? Il a pris ma dignité car je me sentais sale, il a pris ma féminité car je me sentais objet, il a pris mon humanité car je voulais le tuer…Fatiguée, je me suis assise sur le trottoir et la foule ne partait toujours pas, j’ai pris une bouteille d’eau glacée qu’on m’a tendu, j’ai bu, j’avais besoin de me rafraîchir le corps et les idées… Puis je suis repartie, j’avais l’espoir de le retrouver, j’ai demandé a tous les commerçants de la rue, aux serveurs des cafés et même au passants s’ils avaient vus quelqu’un passer par là en courant, bien sur personne ne l’a vu, et au lieu de me donner une piste, tout le monde me demandaient pourquoi je pleurais, j’ai compris que je n’allais pas le retrouver, mais j’ai continué a marcher dans une direction inconnue.  
            Comment me rendre justice ? Voila tout se dont à quoi j’ai pensé toute la journée… Tout ce que j’ai pu faire c’est écrire ces quelques lignes pour dénoncer ce qui m’est arrivé et ce qui arrive sans doute tous les jours à des centaines de femmes qui gardent le silence.

Ecrit le 13 avril 2011, quand je n’osais pas encore partager mes textes avec vous.

mardi 26 juillet 2011

s'inscrire

Verbe : S’inscrire, Temps : cette semaine, Mode : la constituante




Je me suis inscrite
Tu devrais t’inscrire
Il devrait s’inscrire
Nous nous sommes inscrits
Vous devriez vous inscrire
Ils devraient s’inscrire